Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
catalan au pays de la teranga.over-blog.com

catalan au pays de la teranga.over-blog.com

expat notre vie à Dakar Sénégal, nos visites, et plein de photos, bref une tranche de vie au pays de la téranga

Publié le par martins carole
Publié dans : #senegal oriental, #se deplacer
Le Sénégal Oriental

La route,

Nous sommes partis pour une semaine direction le parc du Niokolo koba, le pays Bedik et le pays Bassari. Nous avons parcouru plus de 1 700 km, d'une route tantôt belle, tantôt avec tellement de trous qu'elle était presque impraticable, de piste de sable, de latérite, et quelque tronçons de véritable pistes de rocher et gros cailloux à passer.

Le Sénégal Oriental

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, c'est la route qui est la plus dangereuse, et nécessite une attention de tous les instants.

Petits florilèges de ce que nous avons rencontré.

Le Sénégal OrientalLe Sénégal Oriental
Le Sénégal OrientalLe Sénégal Oriental
les transports en communles transports en commun
les transports en communles transports en commun

les transports en commun

transport d'animaux

transport d'animaux

Voir les commentaires

Publié le par martins carole
Publié dans : #Dakar la ville
le flamboyant avant son abattage
le flamboyant avant son abattage

Yaya Coulibaly est un prince ignoré et merveilleux. Son univers est totalement dédié aux marionnettes. Sa maison est habitée, envahie, par des milliers de marionnettes de toutes tailles et de tous genres. Sa rue est un espace de répétition où sa troupe se donne quasi quotidiennement en spectacle, en toute simplicité et avec une énergie débordante.http://www.acrobatesfilms.fr/projects/mali-yaya-coulibaly-marionnettiste-magicien/http://

J'ai donc rencontré Yaya, par hasard, enfin pas tout à fait ....

Dans la cour derrière chez moi, il y avait 2 magnifiques flamboyants quand je suis arrivée, puis l'un des deux est tombé malade, et il y a quelques jours il est tombé.

Nous avons eu la surprise de voir abattre l'autre qui était visiblement en pleine forme, en vertu du fameux principe de précaution !!

Triste spectacle : cet arbre en pleine santé gisait en morceau.

C'est là que j'ai fais connaissance avec Yaya. De ma fenêtre j'ai vu un homme qui sculptait et je suis descendue le voir.

Yaya en pleine création
Yaya en pleine création

Nous avons discuté une bonne partie de l'après-midi, Triste de voir cet arbre mort, il a décidé à travers la création de marionnettes de le faire vivre pour l'éternité.

J'ai donc assisté à la naissance de plusieurs de ses œuvres, une réelle fascination pour l'artiste, avec quelques outils traditionnels d'un bout de bois sortait une marionnette.

les marionnettes nées du flamboyantles marionnettes nées du flamboyant

les marionnettes nées du flamboyant

Yaya Coulibaly est né à Koula, dans le cercle de Koulikoro, le 26 avril 1959, "le jour de la cérémonie du Jo". C'est à l'enfant né ce jour-là que l'on transmettra le pouvoir, même s'il n'est pas l'aîné. Très tôt initié aux savoirs mystiques, il hérite de son père la maîtrise du théâtre de marionnettes qui occupe une place de premier ordre dans les rites d'initiation des sociétés secrètes. En 1980, il fonde la troupe Sogolon avec laquelle il donne des spectacles dans le monde entier.
"D'un savoir occulte, j'ai fait un métier".

Mais c'est surtout un homme d'une humanité formidable et très attaché à faire partager sa passion aux enfants et œuvrer pour un monde sans violence à travers son art.

Hier soir, c'était le vernissage et l'exposition d'une toute petite partie de son impressionnante collection de marionnettes qui remonte au VII éme siècle comme il nous l'a raconté.

quelques marionnettes quelques marionnettes
quelques marionnettes quelques marionnettes

quelques marionnettes

Rencontre avec Yaya CoulibalyRencontre avec Yaya Coulibaly

Voir les commentaires

Publié le par martins carole
Publié dans : #Dakar la ville
Artistes : le bronze

En ballade ce matin dans les rues de Dakar, je suis attirée par un feu sur le trottoir. Je m'approche et je découvre des artisans travaillant le bronze, plutôt qui faisaient les finissions sur les pièces avant de pouvoir les mettre en vente.

En effet ils m'ont expliqué qu'ils étaient en train de faire la patine.

Début du travail : fabriquer les statuettes en cire d'abeille, puis faire un moule en terre et le laisser sécher.

Quand le moule est bien sec c'est le coulage du bronze, puis le démoulage.

Après avoir limé la pièce pour la rendre parfaite c'est la patine.

les piéces sont mises dans une bassines puis chauffées

les piéces sont mises dans une bassines puis chauffées

ensuite elle refroidissent quelques instants

ensuite elle refroidissent quelques instants

avant d'être plongée dans une bassine avec du permanganate puis la pièce est de nouveau chauffée et mises à séchée et prend sa couleur brune

avant d'être plongée dans une bassine avec du permanganate puis la pièce est de nouveau chauffée et mises à séchée et prend sa couleur brune

une fois bien sèche elle est lavée à l'eau

une fois bien sèche elle est lavée à l'eau

les parties  qui doivent briller sont passées au papier de verre très fin; l'artiste : El hadjles parties  qui doivent briller sont passées au papier de verre très fin; l'artiste : El hadj

les parties qui doivent briller sont passées au papier de verre très fin; l'artiste : El hadj

ensuite les pièces sont enduitent de cirage noir, encore un peu de travail et :ensuite les pièces sont enduitent de cirage noir, encore un peu de travail et :

ensuite les pièces sont enduitent de cirage noir, encore un peu de travail et :

resultat finalresultat final

resultat final

El hadj m'a proposé de venir visiter son atelier, là où sont fabriqué les bronzes, depuis le dessin de conception en passant la fabrication en cire d'abeille et le coulage du bronze. ça promet d'être une sacrée expérience !!

Voir les commentaires

Publié le par martins carole
Publié dans : #sine saloum
Antoine en pleine explication
Antoine en pleine explication

lors de notre 3 éme visite à Yayème, nous sommes repartis faire un tour en charrette dans la forêt toujours accompagné d'Antoine.

Albert, notre cheval était très en forme ce jour là et trottait allègrement, heureusement sous nos fesses nous avions ces épais coussins.

Toujours aussi magique cette forêt de rognier !!

Ce jour là nous sommes allés rendre visite à des éleveurs peuhl qui vivent au milieu de la forêt avec pas grand chose d'autre que leurs bêtes et un toit sommaire en paille.

Ils nous ont accueillis avec tellement de gentillesse et fiers de nous montrer leurs animaux : zébus et chèvres.

Et Antoine était là pour nos expliquer leur façon de vivre, il nous a demandé si nous pourrions vivre ici comme eux pendant un an. J'ai répondu : "dommage il n'y a pas internet " !!

L'homme avait attaché le veau pendant qu'il trayait la mère, il nous a dit que c'était des bonnes laitières, mais rien à voir avec la quantité de lait que peut produire une vache laitière française !

Puis il a relâché le veau qui s'est précipité sur les pis de sa mère.

la traite et les chèvres
la traite et les chèvres

la traite et les chèvres

Nos hôtes leur maison et leur petit garçonNos hôtes leur maison et leur petit garçon
Nos hôtes leur maison et leur petit garçon

Nos hôtes leur maison et leur petit garçon

Puis ce fut l'heure de préparer le repas du soir, la mère a fait un feu avec de la bouse de vache séchée mis de l'eau dans une marmite et l'a posée sur les pierres qui entouraient le foyer.

Au menu : mil avec des herbes et en fin de cuisson elle rajoute du poisson fumé.

Ils nous proposé de partager leur repas, invitation que nous avons refusé avec émotion. Ses gens qui ne possèdent pas grand chose sont prêt à partager le peu qu'ils ont !

préparation du repaspréparation du repas

préparation du repas

partage, et rencontre magique au pays de la térangapartage, et rencontre magique au pays de la térangapartage, et rencontre magique au pays de la téranga

partage, et rencontre magique au pays de la téranga

Voir les commentaires

Publié le par martins carole
Publié dans : #sine saloum
Rencontre au fil de la forêt (partie 1)

A Yayème on ne fait pas que se dorer au soleil au bord de la piscine, on pourrait se baigner mais pas pour moi. Les nuits sont fraiches en ce moment et la température de l'eau s'en ressent !! 21° c'est beaucoup trop froid pour moi !!

Il y a des courageux qui se sont baignés. Peu il faut bien l'avouer !!

Alors quand Olivier nous à proposé une ballade en calèche avec Antoine pour visiter une partie de la forêt de rognier, nous n'avons pas hésité.

Calèche : plateau de bois monté sur 2 roues tiré par un cheval. Pour nous Toubabs aux fesses fragiles le plateau était recouvert de gros coussins, et les roues font office d'amortisseurs somme toute assez efficace.

Antoine notre guide et la calèche Antoine notre guide et la calèche

Antoine notre guide et la calèche

la forêt
la forêt

Et nous voilà partis !!

La forêt de Rognier et superbe, mais si comme en France tu t'attends à quelque chose de touffus et de dense tu vas être surpris !

De l'espace et entre les arbres des cultures : mil et cacahouètes.

Puis nous avons rencontrés des femmes en train de séparer le mil. Ici quand ils récoltent le mil ils laissent des tiges entières pour les oiseaux qui trouvent de quoi manger et restent vers les cultures.

les femmes triant le milles femmes triant le mil

les femmes triant le mil

coucher de soleil sur la forêt et nouscoucher de soleil sur la forêt et nous
coucher de soleil sur la forêt et nouscoucher de soleil sur la forêt et nous

coucher de soleil sur la forêt et nous

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog